vendredi 30 août 2013

Lectures d’août

Tous les mois je (vais essayer de) vous fais part de trois de mes livres préférés. 



Ce mois ci j'ai décidé de vous parler du Club des Incorrigibles Optimistes de Jean Michel Guenassia, de L'Homme Aux Cercles Bleus de Fred Vargas, et de Limonov d'Emmanuel Carrere.

Les clubs des incorrigibles optimistes est un chef d'oeuvre où l'auteur nous plonge dans la France d'après guerre. Le roman se mêle à l'histoire, et nous traversons l'époque à travers le regard de Michel, jeune garçon fou de baby foot qui fait la rencontre d'un groupe d'intellectuels émigrés des pays de l'Est tous membres d'un mystérieux club d'échec. Roman et faits réels se croisent et nous transportent. Nous rencontrons d'émouvants personnages qui nous livrent un bout de leurs vies et nous font vivre cette France de 1950 avec l'apparition du rock, les mouvements politiques passionnés et les aléas de la vie sentimentale du jeune Michel. Ce livre est un bonheur et vous quittera nostalgique de cette époque que certains d'entre nous n'ont pas vécue.


L'homme aux cercles bleus est un roman de Fred Vargas, archéologue spécialisée du Moyen-âge. Elle est une valeur sûre de la littérature policière. C'est bien simple, impossible de prévoir ce qui se passera. Enfin des romans policiers qui changent de l'ordinaire! L'homme aux cercles bleus est un roman qui nous transporte dans l'univers du commissaire Adamsberg, policier très intuitif et génial, qui n'est pas très rapide mais ô combien efficace! Depuis peu des cercles se découvrent dans Paris. Tous entourent des objets. Peignes, poupées, plastiques, chewing-gum... Le commissaire pressent que l'auteur des cercles ne va pas s'arrêter aux simples objets mais que bientôt des corps inanimés les remplaceront. En bref, un roman vraiment parfait, qui vous prend par surprise et vous quitte avec un sourire aux lèvres!


Eduard Limonov d’Emmanuel Carrere : ce roman ci est autobiographique, il retrace la vie de Limonov, né en Ukraine et devenu leader d'un parti politique Russie. On apprendra à le détester pour son ego sur dimensionné, pour sa méchanceté, et son amertume. Mais on l'aimera aussi pour sa rage de s'en sortir et de devenir quelqu'un de reconnu. Certains passages sont à mon goût un peu durs, mais il ne faut pas oublier qu'ils retracent la vérité d'une époque et d'un pays. J'ai beaucoup aimé ce livre parce qu'il nous ouvre un peu les yeux sur des choses qu'on soupçonnait mais qu'on ne connaît pas forcement!

Share:

Aucun commentaire

Publier un commentaire

© L'Asperge Bleue | Vivre à Londres | Blog Lifestyle | All rights reserved.
Blog Layout Created by pipdig